Juin 22, 2017

Prière

Je poussais la porte de l’immeuble. Dans la lumière grise du hall, cinq hommes en prière. Pieds nus, le front contre le tapis étendu sur le sol carrelé ; deux d’entre eux portaient un costume trois pièces, le troisième un jean et une chemise, les derniers des habits d’ouvriers. Cinq silhouettes immobiles, irréelles. La scène se passait au Caire en pleine journée, la rue devait être saturée de bruits mais je me souviens d’un silence infini. Je refermais la porte doucement derrière moi pour ne pas briser la seconde. Je me dirigeais vers l’escalier, montais quelques marches… J’avais l’impression de traverser un songe. Le songe d’un autre. Je m’arrêtais. Je brûlais d’envie de me retourner, vérifier, voir encore… Les yeux perdus dans une lézarde du mur, je repensais à la précédente apparition : l’enfant-danseur que mon regard avait fait disparaître dans la foule. Je restais là, quelques secondes. Ce mur de ciment nu, cette fraîcheur étrange et cette lumière grise : un instant. Ils devaient être là, quelque part dans mon dos. J’écoutais : pas la pointe d’un soupir. J’ai laissé passer quelques pensées lentes, peu profondes puis j’ai repris ma route. Au premier étage, on m’attendait.

 

Lorsque je suis redescendu, tout avait disparu : les tapis, les hommes et le silence. La ville s’engouffrait par la porte grande ouverte. L’image s’était évaporée, comme de la buée sur du tissu. Avec elle, la certitude de l’existence de Dieu.

 

Le Caire – Mai 2017

Laisser un commentaire :

 
 
Retour
 


Lavomatic tour

Prochaine étape à Rennes :
Le 02/11/2017 à 19h00
Prochaine étape à Trimer :
Le 08/06/2017 à 19h
Prochaine étape à Avignon :
Le 07/11/2017 à 19h30

Newsletter